28 January 2016 / reputation management / media relations / NL 

Communication en 2016: que prédisent les partners d’akkanto?

 

Que se passe-t-il lorsqu’on donne la parole aux partners d’akkanto? Découvrez-le ici. Notre question: à quoi peut-on s’attendre en termes de communication au sein de votre domaine d’activité en 2016? Cinq grandes tendances se dégagent de leurs réponses.

 

1. Les médias adoptent de nouvelles manières de travailler

Thierry Bouckaert: "Le ‘slow journalism’ au sens large va certainement continuer à se développer en 2016... avec aussi ses travers ! Aborder un sujet par le petit bout de la lorgnette tout en le regardant longtemps et à fond ne sera pas toujours facile à gérer pour nous et pour nos clients. C’est sans doute plaisant pour certains journalistes. Mais est-ce bien la mission du journalisme... ? Une question qui se pose en 2016."

Isabelle Hardy : "Tout devient éphémère et nous sommes submergés d’informations. Tout l’art est donc de parvenir à conserver une communication claire et compréhensible."

Nathalie van Ypersele: "On va clairement vers un journalisme de plus en plus impertinent, avec moins de respect des règles journalistiques classiques. En Belgique, on voit cette évolution dans des émissions comme 7 à la Une ou Questions à la Une, par exemple. On remarque aussi que les médias continuent plus que jamais à être très axés sur l’angle ‘conso’. C’est frappant dans les pages économiques de la presse quotidienne."

2. La connaissance donne le pouvoir mais l’émotion donne la force

Nathalie van Ypersele : "Au niveau des demandes que nous recevons chez akkanto, je vois de plus en plus de clients qui cherchent à se différencier par le biais de « l’intelligence gathering », c’est-à-dire grâce à la collecte d’infos privilégiées leur permettant de sortir du lot."

Fabienne Anseroul : "Plus que jamais, je m’attends cette année à une volatilité toujours plus importante de l’opinion publique, guidée par l’émotion. Récemment par exemple, la photo du petit Aylan sur la plage a créé un mouvement de sympathie à l’égard des réfugiés, mais on a vu qu’à peine quelques mois plus tard, l’affaire des viols à Cologne a tout aussi rapidement généralisé la suspicion à leur égard."

Thierry Bouckaert : "En matière de canaux de communication, je vois deux grandes tendances : la vidéo, encore et toujours, avec une exigence de qualité de plus en plus grande, mais aussi un tout nouveau média.... le bon vieux contact physique one-to-one ! Tant en communication interne qu’en communication externe, les gens ont besoin de contact humain, d’un regard, d’une voix."

3. Les rapports de force sont en train de changer

Walter Gelens: “Dans le domaine de la gestion de réputation, les entreprises doivent composer avec un nombre croissant de parties prenantes, en plus de leurs clients traditionnels et des consommateurs. A cela s’ajoute que la plupart de ces parties prenantes s’organisent et s’expriment de plus en plus, par exemple en utilisant les
médias sociaux.”

Isabelle Hardy: “C’est le consommateur qui décide. Les entreprises doivent, plus encore que par le passé, s’adapter aux besoins du client. Cela implique un style de communication dans lequel une meilleure écoute, ainsi que des messages taillés sur mesure, sont extrêmement importants. Dans ce contexte, l’aspect digital modifie lui aussi la relation entre les différentes parties: employeur & employé, fournisseur de  services & client. Ce dernier s’attend à une communication simple et directe, et à des entreprises qui ne se trouvent jamais plus éloignées qu’à portée de main grâce à son smartphone. L’uberisation de l’économie, mais donc aussi celle de la communication, se poursuit.”

4. ‘Acheter’ de la visibilité grâce à du contenu ciblé

Carl Buyck: “La réclame/publicité classique se retrouve aux soins palliatifs. Le succès croissant des ad-blockers se poursuit. Pour parvenir à passer encore à travers les mailles du filet, les campagnes publicitaires traditionnelles vont être progressivement remplacées par des ‘reportages’ davantage axés sur le contenu et les services, qui parviendront à toucher des publics-cibles spécifiques via des blogs, des vlogs, des podcasts et d’autres
médias sociaux.”

Nathalie van Ypersele : "La multiplication des publireportages et du ‘corporate journalism’, dont le format ressemble de plus en plus aux autres articles au sein des différentes publications et sur les sites web, fait en sorte qu’il devient de plus en plus difficile de différencier le véritable contenu journalistique des articles payés ou sponsorisés."

Walter Gelens: “La publicité pure et simple est de moins en moins efficace. Les entreprises doivent savoir où se déroule la conversation, afin de pouvoir y injecter leurs messages ciblés et personnalisés. C’est la seule manière pour elles de se faire remarquer.”

5. Devenir un ambassadeur est plus qu’un simple mot à la mode

Thierry Bouckaert: "En communication interne, je dirais qu’une des grandes tendances de l’année 2016 sera la communication d’engagement. Après avoir traversé une crise, les
entreprises se focalisent sur ce qu’elles ont de plus sûr : leurs employés. Et elles vont chercher à en faire les meilleurs ambassadeurs possibles. Après les restructurations, on passe à la reconstruction."

Walter Gelens: "En matière de construction et de gestion de réputation, il ne faut pas sous-estimer la force des employés. Certainement avec les médias sociaux disponibles au jour d’aujourd’hui, ils peuvent devenir de vrais ambassadeurs pour les entreprises!"

twitter google+ linkedin
Communication en 2016: que prédisent les partners d’akkanto?