16 September 2015 / digital media / public affairs /

Nos ministres sont-ils des "twittos"?

Dans le cadre d’un débat sur l’utilisation de Twitter par nos gouvernants, 3C (Corporate Communication Community) a demandé à la société Augure, une société qui conçoit des plateformes de gestion des relations publiques, une étude sur l’activité Twitter des membres des différents gouvernements en Belgique.

Première constatation: ils sont quasi tous présents, même si tous ne sont pas (aussi) actifs : 82% ont un compte Twitter, certains n’ayant franchi le pas qu’en décrochant un portefeuille ministériel (c’est le cas notamment de Cécile Jodogne ou Daniel Bacquelaine). Augure précise encore que ceux qui n’ont pas de compte devraient peut-être penser à en ouvrir un sous peine de ne pas savoir ce qu’on raconte sur eux. Et ceux qui ont un compte devraient également penser à « certifier » leur compte officiel, le risque étant là de voir fleurir des comptes « pirates ». Seulement 7 de nos gouvernants sur les 51 inscrits sur Twitter ont pensé à certifier leur compte.

Les plus actifs: Francken, Reynders et Tommelein

Pour la période écoulée (du 22 mai au 20 août 2015), les plus actifs ont été Theo Francken (9 tweets en moyenne par jour), Didier Reynders (7 tweets) et Bart Tommelein (6,2 tweets). Quand on analyse les tweets, ceci s’explique par des sujets d’actualité : la crise des réfugiés pour Francken, le « Grexit » et une visite aux Emirats pour Reynders, une proposition de création d'amendes en cas de non-respect de la vie privée pour Tommelein, un sujet qui émeut bien évidemment la Twittosphère… Ce sont les mêmes politiciens qui utilisent également le mieux les « hashtags ».

En termes de mentions, c’est, assez logiquement, le Premier ministre Charles Michel qui est le vainqueur, avec un gros pic le 13 juillet, jour où il a annoncé en primeur l’accord européen sur la Grèce. Viennent ensuite Theo Francken et le ministre des Finances Johan Van Overtveldt, mentionné régulièrement dans le cadre du Tax Shift. A noter que Theo Francken est dans le mode « interactif » puisqu’il y a clairement un corollaire entre son niveau d’activité personnel et son niveau de mentions : pour ceux qui ne l’auraient pas remarqué, le Secrétaire d’Etat à l’asile et à la migration interagit sur Twitter…

Plus d'activité en Flandre

Lors du débat, Carl Buyck, Partner d’akkanto, a précisé que la Twittosphère était nettement plus active en Flandre qu’en Wallonie. « Il est primordial de suivre attentivement la façon dont les hommes politiques s’expriment sur Twitter : cela permet de se faire une idée de certaines positions politiques ou de certaines convergences d’opinion ». Une réalité que confirme Olivier Alsteens, directeur de la communication du MR. « Au MR, nous donnons des formations à tous les mandataires pour qu’ils utilisent au mieux toutes les fonctionnalités de Twitter », explique-t-il.

Il faut dire que Twitter permet de toucher des centaines de milliers de citoyens qui ne sont peut-être pas sensibles aujourd’hui à la communication politique traditionnelle. Autant de voix qui pourraient faire la différence lors des prochaines élections…

 

Thierry Bouckaert

This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.

 

Pour en savoir plus

La présentation faite par Augure lors du débat 3C

L'étude complète d'Augure sur l'utilisation de Twitter par les différents membres des gouvernements en Belgique

twitter google+ linkedin
Caroline Baron (Augure), Olivier Alsteens (MR) et Carl Buyck (akkanto)